Des salaires en dessous du Smic adoptés par certaines agences de voyage

La forte concurrence dans le secteur du tourisme et la nécessité de faire des économies ont amené certaines agences de voyage à adopter un nouveau système de rémunération consistant à réduire les parts fixes et à augmenter les parts variables. De nombreuses entreprises proposent désormais un salaire fixe en dessous du Smic et promettent à leurs salariés des commissions, à condition de remplir des objectifs de vente bien précis.

Une nouvelle méthode qui commence à se généraliser

Le recours à la part variable est relativement récent dans le secteur du tourisme. Cependant, il commence à se généraliser selon Lydie Brunisholz de Page Personnel.

La directrice de la division tourisme du cabinet de recrutement a déclaré qu’en 2011, cette pratique était adoptée par un nombre restreint d’entreprises. Quelques années plus tard, en raison de l’intensification de la concurrence et le besoin de diminuer les parts fixes, les agences commencent à se tourner vers cette méthode de rémunération.

En moyenne, les agents de tourisme se font rémunérer entre 1 800 € et 1 900 € par mois. Cependant, grâce aux parts variables, nombreux sont ceux qui réussissent à doubler leur salaire, ce qui a amené les agences à réduire les parts fixes.

Dans certaines sociétés cette réduction est relativement importante puisqu’un contrat de niveau A, de 39 heures par semaine, peut imposer un salaire fixe en dessous de 1 000 €.

L’obligation de rémunérer l’employé au Smic

La loi n’interdit aucunement l’adoption de la part variable et la mise en place d’un salaire fixe en dessous du Smic. Cependant, l’employeur a l’obligation de rémunérer ses employés au Smic, sachant que le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance est la rémunération minimum légale  qu’un travailleur doit percevoir.

Dans le cas où la part fixe et part variable du salaire d’un agent de tourisme n’atteignent pas le niveau fixé par la loi, l’agence doit donc compléter la rémunération. En refusant de se plier à cette obligation, elle peut être amenée à payer une amende de 1 500 € par mois et par employé concerné.

A titre d’information, le Code du travail français offrent aux entreprises la possibilité d’adopter une part fixe de 0 € et de rémunérer essentiellement leurs salariés avec des parts variables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *