Vers une augmentation salariale plus importante que celle de 2016

D’après la dernière enquête Mercer, les augmentations salariales devraient être plus élevées que celles réalisées en 2016, pour l’année 2017. Les hausses qui devraient être appliquées ont été évaluées durant les négociations annuelles obligatoires.

Une évolution plus lente à partir de 2008

La crise de 2008 a gravement affecté les salaires et leur évolution. Avant le coup dur, les augmentations effectuées au niveau des rémunérations avoisinaient 3% chaque année. Elles ont ensuite subi une baisse de rythme et éprouvaient des difficultés à dépasser la barre des 2%.

Dernièrement, lors des négociations annuelles obligatoires dans les grandes entreprises françaises et les filiales françaises des grands groupes étrangers, l’évolution des salaires semble avoir repris un cours normal et se rapproche lentement du niveau d’avant crise bien qu’elle n’ait pas encore atteint les 2%.

Les NAO ont débouché à une augmentation moyenne de 1,7% pour l’année 2017, soit une différence de 0,2% par rapport à 2016 (1,51%).

Il faut savoir que la hausse des salaires issus des NAO évolue davantage au rythme de l’inflation. Depuis 2012, celle-ci est passée sous la barre des 1% et en mars dernier, si elle est restée entre 2 et 3% avant 2008.

Des augmentations différentes selon les collaborateurs

Si les salaires devraient augmenter pour cette année, il faut savoir que les hausses ne sont pas les mêmes dans chaque entreprise. En raison de la crise, les augmentations appliquées par les employeurs ont davantage pris en considération les performances des collaborateurs et sont généralement issues de politiques de rémunération spécifiques.

D’après une enquête, moins de 20% des entreprises ont appliquées des augmentations individuelles à des salariés spécifiques. Dans la majorité des cas, ces collaborateurs sont des cadres.

A titre d’information, le salaire de base n’est plus l’élément principal faisant l’objet de négociations. Les primes exceptionnelles ou d’intéressement sont également discutées durant les NAO, à l’instar des aspects non-monétaires, tels que l’organisation du temps de travail, l’ergonomie des espaces et le bien-être du personnel.

Ces différents éléments intègrent actuellement deux sur trois négociations annuelles obligatoires. Plus ou moins délaissés, ils n’ont été inclus que dans un NAO sur deux (48%), en 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *