les démarches pour être infirmier libéral

Les demarches à suivre pour être infirmier libéral

Vous avez travaillé plusieurs années dans un hôpital ou une clinique. Vous souhaitez aujourd’hui vous mettre à votre compte en tant qu’IDE libéral. Différentes démarches administratives et certains équipements sont obligatoires. Vous devez en outre disposer d’un local, avoir accès à un matériel médical professionnel et à un matériel paramédical.

Les contraintes administratives et financiers

Pour être infirmier diplômé d’état (IDE) libéral, vous devez avoir 24 ans minimum ou 3200 heures d’expérience professionnelle acquise dans le milieu hospitalier ou dans un SSIAD, un dispensaire, un centre de soins, une clinique privée, etc. établi en France ou en Suisse.

Avant de débuter votre activité, vous avez l’obligation de vous inscrire au Conseil de l’Ordre des Infirmiers et d’avoir réglé la totalité de vos cotisations. Pensez également à vous inscrire à la CPAM et à la caisse de retraite des infirmiers, la CARPIMKO, à déclarer votre activité au CFE de votre région, à vous assurer correctement (responsabilité civile, prévoyance…). Sachez enfin qu’il existe différents syndicats professionnels : le CNI, le FNI, l’ONSIL et le SNIIL !

Les obligations d’ordre materiel

les démarches pour être infirmier libéralTout infirmier libéral doit être rattaché à un local professionnel parfaitement équipé en matériel médical. Il se fournit auprès d’organismes spécialisés. Il doit notamment disposer d’instruments de diagnostic, de consommables, de matériel pour les soins, de pansements… Ce matériel médical peut coûter cher. Il est donc utile de comparer en parcourant les offres des magasins de matériel médical en ligne. Attention, la vente de matériel médical est réglementée.

Il convient de vérifier la fiabilité de la société, de demander un devis détaillé et de se faire aider si nécessaire d’un conseiller. De même, la vente de produits d’entretien médicaux (désinfectants, stérilisants, produits d’hygiène des surfaces et des mains…) mérite que l’on s’y attarde. Le bien-être des patients doit rester la priorité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *