Télétravail : les entreprises et les salariés y gagnent

Qui ne veut pas avoir la possibilité de travailler de n’importe quel endroit et de ne pas avoir l’obligation de pointer chaque jour au bureau ? Cela est possible, car actuellement, le télétravail prend de plus en plus de place dans le monde professionnel. Que ce soit pour les entreprises ou les salariés, chacun y trouve ses avantages !

À travers cet article, nous vous donnerons des détails brefs et détaillés concernant ce sujet.

C’est parti !

Le télétravail ne cesse de se démocratiser

TagCloudSpherewithShadowTELETRAVAIL

Selon des études, le télétravail progresse annuellement de 11 % dans le secteur professionnel ! De plus, une grande partie des salariés français c’est-à-dire 38 % déclarent pouvoir travailler de chez eux en 2018, contre 27 % en 2017 ! Nous pouvons constater le progrès remarquable de ce secteur par le biais de ces pourcentages !

Actuellement, 44 % des télétravailleurs indiquent également ne travailler que deux fois par semaine ! Nous pouvons donc aussi noter que cette option offre une flexibilité remarquable aux salariés !

D’autre part, le télétravail se présente comme une opportunité de rétention salariale ! D’ailleurs, 64 % de ceux qui n’ont pas accès à ce mode opératoire souhaitent en bénéficier.

Le télétravail offre un équilibre de vie vraiment satisfaisant aux salariés

Savez-vous que 73 % des télétravailleurs français déclarent que cette option leur permet d’avoir un équilibre de vie nettement meilleur ? De plus, le télétravail offre une meilleure concentration à 65 % des salariés, un effet non néfaste sur la santé de 54 % d’entre eux et une bonne gestion de l’emploi de temps pour 61 %.

Pour résumer tout cela, le télétravail offre une grande sérénité aux salariés que ce soit dans l’exercice de leur métier ou dans l’équilibre de leur vie personnelle et professionnelle.

Que ce soit pour la flexibilité des horaires, la gestion du stress, la production ou même l’inexistence du temps de trajet entre le domicile et le bureau, le télétravail n’a que des avantages à offrir aux salariés y ayant accès.

Que ce soit pour les salariés ou les entreprises, le télétravail ne peut être que positif

Après la lecture des lignes précédentes, nous pouvons confirmer que le télétravail ne peut être que bénéfique pour les salariés. Mais il ne faut pas oublier que les entreprises ont également tout à gagner dans ce secteur !

Tout d’abord, il se trouve être nécessaire de savoir que le télétravail améliore grandement le bien-être au travail, donc ne peut qu’accroître les performances des salariés ! De ce fait, les profits des entreprises les employant ne peuvent de ce pas que grandir !

Le télétravail est une opportunité pour les sociétés d’offrir un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et personnelle de ses employés. De ce pas, une réduction de coût pour une hausse de productivité en résulte. Nous pouvons donc en déduire que du côté des salariés comme de celui des entreprises, chacun y gagne !

Le job parfait : Comment le décrire?

Que ce soit au niveau de l’ambiance au travail ou de l’entreprise en elle-même, de nombreux critères sont à prendre en compte afin de définir le job idéal ! Pour cela, nous avons effectué des recherches afin de vous donner de plus amples détails concernant celui-ci.

Tout d’abord, les employés préfèrent les TPE/PME aux grandes entreprises

Pour résumer, les TPE/PME et leur esprit Start-Up, leur flexibilité d’organisation et leur proximité attire plus les travailleurs français.

Tout d’abord, 43 % des salariés, soit moins de 250 optent pour travailler au sein de TPE/PME, contre 15 %, soit moins de 5000 pour les grands groupes.

Pour ceux qui ont opté pour les TPE/PME, l’autonomie et la polyvalence des missions sont les premiers arguments pour 57 % d’entre eux. Vient ensuite la préférence des entreprises à taille humaine pour 51 % d’entre eux et la préférence de la qualité de vie au travail pour 44 %. Enfin, 37 % d’entre eux ont pour argument final la souplesse et la créativité qu’ont les TPE/PME.

Quant à ceux qui préfèrent plutôt évoluer au sein d’un grand groupe, 43 % d’entre eux lancent les opportunités de formation en tant que premier atout. Ensuite, la rémunération et les avantages sont relancés par 40 %, la qualité de vie au travail pour 40 % et la possibilité d’évolution pour 38 %.

Par la suite, l’ambiance au travail est un autre critère essentiel pour tout salarié

95 % des français prônent que l’ambiance au travail, donc avec leurs collègues et managers est un critère crucial !

D’ailleurs, 72,5 % d’entre eux déclarent attendre du respect de la part de leur manager, 68 % attendent l’écoute et 41 % exigent un bon leadership.

Un bon manager est donc essentiel afin de rendre un poste motivant et inspirant pour ses équipes !

Enfin, passons au sens du travail qui se trouve être le dernier critère

De nos jours, le sens du travail prend de place dans les critères exigés par les candidats ! Selon des études, 75 % exigent des engagements sociaux et sociétaux avant de s’engager.

95 % d’entre eux attendent de bonnes relations avec leurs collègues et leur manager, 91 % la reconnaissance de travail accompli, 81 % l’équilibre entre la vie privée et professionnelle et 75 % veulent travailler dans une société socialement responsable. Parmi le pourcentage espérant l’équilibre entre la vie privée et professionnelle, cet équilibre passe par des horaires de travail fixe pour 79 %, un temps de transport réduit pour 52 % et une possibilité de télétravail pour 49 %.

Pour conclure

Après la lecture de cet article, vous avez maintenant sûrement une idée du job idéal ! Ces nombreux critères cités ci-dessus sont les exigences des candidats et salariés français actuels, selon de nombreuses études.

Les liens entre les compétences comportementales et la réussite professionnelle

Que ce soit pour l’empathie, la créativité ou le sens de l’humour, chaque compétence comportementale (aussi dit soft skills) est de plus en plus favorable vis-à-vis des sociétés. Cela peut même changer la donne dès lors de votre entretien !

À travers cet article, nous aborderons ce sujet bien en détail afin de vous éclaircir.

C’est parti !

Tout d’abord, les soft skills peuvent jouer en votre faveur dès votre entretien

Pour aborder le sujet, l’entretien est le meilleur sujet, car c’est là que tout se joue ! Avec plus de 27 % de nouveaux métiers et une évolution qui ne cesse de croitre dans ce secteur, les compétences comportementales sont de plus en plus indispensables !

Actuellement, 32 % des dirigeants et recruteurs sont prêts à embaucher une personne principalement parce qu’elle a de bonnes compétences comportementales ! D’ailleurs, ces chiffres grimpent jusqu’à 75 % dans les secteurs du marketing et du digital !

D’ailleurs, durant les entretiens d’embauche, les candidats valorisent plus leurs compétences comportementales que leurs diplômes.

Les compétences comportementales sont indispensables

Il y a quelques années, en opposition aux compétences techniques ou académiques, les compétences comportementales ont pris de plus en plus de place dans le monde professionnel.

D’après des études, 84 % des cadres reconnaissent préférer les compétences comportementales à celles concernant la technique ou le niveau académique. Aussi, ces statistiques dépassent même les 90 % pour les cadres des ressources humaines et du marketing !

D’après ce qui a précédemment indiqué, nous pouvons remarquer que les cadres sont particulièrement sensibles aux soft skills. 57 % ont été sensibilisés par le biais des articles et 24 % via leurs entreprises en elles-mêmes, grâce aux divers entretiens et aux sessions de formation.

Enfin, le lieu de travail permet d’étudier en détail les compétences comportementales de chaque salarié

Mind Map

Observer les salariés dans leur environnement de travail reste le meilleur moyen d’évaluation des compétences comportementales de tout un chacun ! Sachez d’ailleurs que 9 cadres sur 10 l’admettent également !

Que ce soit par rapport aux collègues, aux managers, par l’intermédiaire des feedback ou autre, les qualités et les défauts comportementaux de chaque employé peuvent être plus facilement évalués. Il faut également savoir que votre entourage personnel joue un rôle très important !

Comme nous l’avons déjà indiqué ci-dessus, les compétences comportementales sont plus plébiscitées que les compétences techniques aux yeux des cadres. Pour être plus précis, 54 % favorisent plus cela !

3 qualités qui sont l’écoute, l’autonomie et la faculté à travailler en équipe caractérisent un bon cadre et sont d’ailleurs vraiment appréciées par les employeurs et recruteurs.

Quant aux managers, 47 % d’entre eux exigent une bonne aptitude à travailler en équipe de la part de leurs collègues. Un bon taux de fiabilité est attendu par 46 % d’entre eux et une bonne autonomie pour 44 %.

Pour conclure

De bonnes compétences comportementales ne pourront que vous être utiles dès votre entretien d’embauche. Donc, n’hésitez surtout pas à améliorer au maximum votre savoir-être, car c’est un élément clé pour la réussite !

Qu’est-ce qu’il faut effectuer pour mieux négocier une augmentation ?

augmentation salarial

Beaucoup de gens n’ont pas le courage de demander une augmentation de salaire. Mais sachez qu’il est vraiment essentiel de faire cela à un moment donné. Cela permettra d’augmenter votre revenu sur le long terme. Pour ce faire, vous devez planifier votre négociation. Voici donc quelques astuces qui vont vous aider à mener à bien votre négociation et obtenir une augmentation.

Pourquoi demander une augmentation ?

rémunération salarial

Une demande d’augmentation est indispensable dans la vie d’un personnel. Cela permettra de vous donner plus de motivation à travailler. Sachez que si vous ne le faites pas, vous passerez à côté de plusieurs milliers de Dollars de plus que vous pourriez obtenir durant le long de votre carrière. Sachez que si vous ne demandez pas une augmentation, votre patron ne va pas vous le donner par gentillesse. Donc, il est primordial que vous l’abordiez personnellement. Trouvez le bon moment pour lui introduire votre demande. Si votre patron essaye d’éviter le sujet, ne le bousculez pas. Tentez votre chance pour une autre fois ! Essayez juste d’arranger un rendez-vous pour discuter de cela calmement.

Trouvez le salaire adéquat à votre poste

Vous devez faire une petite enquête pour déterminer quel est le salaire exact pour le poste que vous occupiez. Pour cela, plusieurs moyennes sont à votre disposition. Évitez simplement de demander à vos collègues. Vous pouvez consulter les sites internet qui offrent de données salariales comme Glassdoor ou Payscale. Certain site vous propose des rapports gratuits pour vous donner une aperçue de salaire en fonction de poste, compétence, et expérience. Il y a aussi de multiples outils en ligne afin de connaitre le salaire médian de votre secteur ainsi que votre poste.

Déterminez votre valeur au sein de votre entreprise

travail de recherche

Vous allez monter un dossier vous concernant. Il comprendra les démarches que vous avez effectuées tout le long de votre carrière au sein de l’entreprise. N’hésitez pas à mentionner les succès de l’entreprise dont vous êtes l’auteur ou à participer pour l’obtenir. Cela permettra de déterminer que vous étiez important pour le développement de l’entreprise. Ainsi, vous avez une meilleure pression pour négocier et demander une augmentation. Toutefois, une négociation ne fait pas sur un coup de tête, cela risquerait de nuire à votre négociation. Sur ce, vous devez être bien préparé mentalement et physiquement avant de passer à l’action.

Trouvez des arguments qualitatifs pour appuyer la négociation

En matière de négociation, vous devez être bien préparé et avoir des arguments bien solides pour appuyer votre négociation. Vous allez faire en sorte de prouver que vous méritez cette augmentation et que cela ne soit pas fondé que sur des chiffres. Vous devez évoquer les changements que vous aviez apportés depuis que vous êtes dans l’entreprise. Il est à noter d’éviter d’annoncer une demande d’augmentation que si vous êtes dans cette entreprise depuis au moins un an. Toutefois, si les tâches qui vous sont attribuées ne correspondent pas à celles annoncées lors de votre entretien, n’hésitez surtout pas à demander une augmentation.

Quelles sont les informations à connaitre pour avoir une bourse ?

Lille, France

L’étude est la meilleure chose qui puisse aider les jeunes à s’épanouir. Dans le monde d’aujourd’hui l’état essaye de subvenir aux besoins des étudiants pour les encourager dans leurs études. D`où cet article qui vous indiquera comment obtenir une bourse. Et combien pourrez-vous toucher chaque mois ?

Comment obtenir une bourse pour les étudiants en infirmerie ?

Une bourse n`est pas un salaire, mais une somme qui soutient les étudiants à finir leurs études. Donc cette somme est limitée et équilibrée selon la région depuis le début du mois de janvier 2005. Chaque région attribue son prix selon leur choix. Pour les étudiants en infirmerie, la demande de la bourse sera remise auprès du conseil régional. Le centre régional des œuvres universitaire et scolaire n’a rien avoir cela.

La bourse n’est pas à la porte du premier venu, car l’argent n’est pas à partager sans justification. Voici les étapes à franchir. Vous êtes enregistré à la formation de soins infirmiers, démontrez votre gain pour profiter de la bourse.

étudiante en cours de révision

Que vous ayez la nationalité française ou parmi les étudiants d’un pays européen ou encore les immigrants en France, votre présence est tout à fait primordiale. En effet, si vous échappez aux examens ou que vous décidez d’arrêter, l’avantage vous quittera aussi. Toutefois, vous aurez seulement les bourses sur les formations auxquelles vous avez assisté.

Dans le cas où vous devriez vous renforcer dans le même niveau, vous bénéficiez de la bourse seulement pour les formations engagées. Comme tous les autres étudiants, votre dossier doit être à jour pour jouir de ces avantages.

Normalement, les pièces à fournir pour la demande de bourse se trouvent dans le site du conseil régional de votre région et doivent être remplies et remises à eux-mêmes. L`institut de formation en infirmière pourra vous éclaircir également.

Combien allez-vous toucher chaque mois ?

Chaque individu résidant en France a l’obligation de faire une déclaration annuellement de ses revenus aux impôts. Sauf s’il s’agit d’un enfant moins de 21 ans. Dans ce cas, ses parents l’assument à sa place, mais un certificat de scolarité doit être présent pour le confirmer.

Pour montrer que vous êtes libre de gérer vous-même vos finances, vous devez présenter votre revenu personnel minimum de 50 % du SMIC brut annuel pour les individuels et de 90 % du SMIC brut pour les couples durant l’année précédente. Avoir un logement écarté de vos parents et d’une déclaration fiscale distincte des leurs sera aussi obligatoire. Donc si vous avez 26 ans ou plus, vous n`obtiendrez que les budgets fiscaux. Les bourses d’études sanitaires et sociales ne seront pas soumises.

Dans la vie quotidienne, vous avez surement des intérêts à payer. Ces charges seront changées en points selon les questions qui vont vous être posées. Ce que vous allez recevoir dépendra de votre réponse.

portefeuille approvisionnée

Pour savoir les indemnités et les échelons que vous allez toucher, votre situation fait une grande différence : vous êtes encore à la merci de vos parents, marié ou pacsé depuis plus de 3 ans ou encore indépendant.

Vous pouvez procéder au calcul dans le site du conseil régional de votre région. La plupart des versements s`effectuent entre le deuxième et le troisième mois à la suite de la rentrée scolaire. Bien que d’autres le reçoivent tous les mois.

Toutefois, l’accès aux offres de plusieurs aides ou cumul de la bourse appartient aux décisions de chaque région. Pour tout autre frais ou informations que vous aimeriez savoir, l’idéal serait de consulter l’institut de formation en infirmier.

Il se peut que votre situation financière s`évolue ou s’accentue au cours de l’année scolaire, la meilleure des options serait d’informer le conseil régional pour que vous obteniez une excellente rémunération selon la situation.

Négocier son salaire lorsqu’on est une femme

Salaire d'une femme

De nos jours, il n’y a plus de job spécial pour les femmes ou pour les hommes. Ceux qui veulent travailler et ont la capacité d’accomplir la mission pourraient être intégrés. C`est pour cette raison que cet article vous aide à réclamer vos droits en vos propres valeurs. Vous allez apprendre comment négocier votre salaire même si vous êtes une femme. Et comment faire pour réussir la négociation ?

Comment persuader votre employeur ?

Certes, il existe encore une différence entre le salaire d’un homme et le salaire d’une femme alors qu’ils exercent tous deux les mêmes fonctions. C’est pourquoi une formation a été donnée aux femmes pour leur soutenir dans leur supplication. Beaucoup ont eu leur fruit et ceci s’augmentera encore jusqu’à 5 000 femmes en 2020.

Par rapport aux hommes, les femmes rencontrent souvent une complexité sur la négociation. Du coup, elles choisissent d’être patientes au lieu de demander quoi que ce soit. Certaines d’entre elles minimisent leurs potentiels pour éviter ce raffut.

égalité entre sexes

Les femmes ont l’habitude de recevoir des revenus suite à leur travail. Or, une entreprise ne fonctionne pas de cette manière, il faut être payé selon l’importance de ce que vous valez.

Pour mettre en place votre capacité et éviter la soumission, envisagez votre valeur sur le marché. Revoyez les comparateurs de salaires présentés par l`Apec. Puis commencer par évaluer votre revenu par rapport à la valeur marchande, en se référant des données sur votre poste, lieu de travail, expérience, diplôme. Puis vous pouvez déjà préparer votre bagage lors de la négociation.

Constatez un test de performance interne. Autrement dit, fouiller tout ce que vous pouvez trouver sur la politique de votre entreprise : les échanges d’intéressement, enveloppe annuelle d’augmentation, grille de salaires, convention collective, etc. Échangez quelques questions avec vos compagnons de travail, surtout les hommes. Renseignez-vous de leur salaire et leur dernière augmentation ou discutez avec eux de votre salaire et de ce qu’ils pensaient.

Comment faire pour réussir la négociation ?

Épluchez votre rendez-vous annuel, votre pourcentage, contribution, intéressement, mutuelle ou autres bénéfices. Un meilleur moyen de ne pas être surprit par les questions du DRH ou de votre manager.

Faites un inventaire sur les projets réalisés depuis un an, les budgets, les fonds, les dispositions employées et les acquisitions conquises. Ce rapport augmentera vos chances et sera persuasif. Ainsi, vous pouvez argumenter tranquillement sans contractions, car vos atouts sont complets.

valeur revenu

N`attendez pas forcément la négociation. Vous devez savoir saisir l’opportunité quand vous avez accompli votre mission, obtenu une vente ou autre prospérité que vous avez entamé, n’hésitez pas à lancer la discussion.

Bien que la société soit en difficulté, pensez à vous et à votre valeur. Ne vous laissez pas distraire par les problèmes qui ne vont pas cesser de surgir. Prenez votre courage à deux mains et concentrez-vous sur votre objectif. Prévoyez également d’autres éventualités comme les voitures, jour de congé télétravail ou autre que vous devriez jouir.

Si jamais votre manager s’avère endurci, restez ferme. Discutez avec lui les causes de sa réaction et ce que vous pouvez espérer à l’avenir. S’il ne veut pas aborder le sujet pour le moment, revoyez avec lui les mêmes sujets après quelques mois. Mais s’il n’a pas envie de coopérer et de vous rendre votre droit, démissionner sera la meilleure des possibilités.

Nos conseils pour réussir un entretien d’embauche

décrocher un emploi

Un entretien d’embauche est toujours une bonne nouvelle pour les chômeurs. Le premier pas a été franchi, car un entretien signifie que votre CV a été convaincant. Mais la plupart des gens ne savent pas comment se tenir lors d’un entretien et perdent leur chance. C’est pourquoi cet article vous sera bénéfique puisque vous allez trouver les techniques à appliquer avant, pendant et après l`entretien.

Que faut-il faire avant l’entretien ?

Commencez par être optimiste parce que si votre CV les a convaincus, votre parole doit aussi l’amadouer. Boostez vos arguments. Le recruteur vous reconnaît à travers votre CV et votre profil numérique, alors vous pouvez aussi faire de même. Cherchez dans les réseaux sociaux et dans l’internet tout ce qui concerne l’entreprise, leur mouvement, leur actualité. Noter les importants points forts ou les questions à examiner pendant l’entretien. Montrez que vous connaissez l’endroit où vous avez postulé.

Entretien d'embauche

Ensuite, revoyez votre habileté, votre qualité dans tout ce que vous avez déjà fait dans la vie. Créez un bilan des capacités obtenues et des obligations tenues.

Préméditez les réponses aux questions les plus fréquentes. En premier lieu, vous allez vous décrire, puis dire pourquoi vous avez choisi cette formation. Qu’avez-vous conclu lors de ce stage ? Quels sont vos ressources et vos inconvénients ? Quelles sont vos prétentions salariales ? Le recruteur se fixe sur la façon dont vous répondez. Du coup, entraînez-vous avec ces questions, faites bonne impression, articulez-vous bien pour le séduire.

Que faut-il savoir pendant l`entretien ?

Restez calme, faites comme si c’était votre ami proche qui vous parle. Dégagez toutes vos inquiétudes, car la chance est dans vos mains. Vous n’êtes pas seul à apeurer, car l’employeur aussi s’inquiète sur la qualité de son travail. Faites en sorte que le recruteur sait que vous êtes celui ou celle qu’il recherche. Toutefois, essayer de cacher votre hésitation. Le plus important est d`affermir votre propos en fixant vos regards au recruteur. Le mensonge sera votre pire ennemi pour obtenir ce poste.

Présentez votre intention. Avouez en toute franchise que le job vous convient, le produit qu’exerce l’entreprise vous intéresse, vous serez comblée de faire partie de leur équipe. Soyez attentif pendant la discussion, prenez note, et posez des questions, ceci accentuera votre vitalité.

Prendre note

Pendant la négociation, révélez votre importance et votre efficacité tout en développant les renseignements que vous avez eus. Prévoyez une marge au lieu d’un chiffre précis, puis interrogez-lui s’il peut négocier après la période d`essai.

Quand vous partez, soyez sûre de la suite de l`entretien. Questionnez-lui s’il va vous rappeler ou si vous devez revenir. Tâcher de le remercier de vous avoir accueilli.

Que faut-il retenir après l`entretien ?

Cette dernière phase est là aussi importante que tous les autres. Montrez un geste de gratitude en laissant un petit mot par mail. Dans la semaine qui suit l’entretien, il est préférable de remercier le recruteur en évoquant votre motivation. Finissez votre phrase en lui suggérant que vous allez le contacter dans 15 jours pour connaître de ses nouvelles. Lancez deux ou trois fois votre message s`il ne vous a pas répondu.

Toutefois, vous avez le droit d’interroger le recruteur pour distinguer le refus de votre entretien. Mais s`il ne vous donne pas une suite favorable, considérez cet échec comme une expérience qui favorise votre façon de faire les choses et vous conduira encore plus loin.

Quel journal comptable choisir ?

Business comptabilité

L’écriture est un processus de référence sur laquelle se fondent les résultats d’une comptabilité. Ainsi, les types d’écritures s’opèrent dans plusieurs journaux pour s’enregistrer dans des pièces comptables.

Comme en comptabilité de trésorerie, on fait usage d’un livre journal unique tandis qu’en comptabilité d’engagement, on a recours à des journaux auxiliaires. Il sera question, le plus souvent, de trésorerie, d’achat et de vente.

En effet, les fonctionnalités de gestion comptable assurent l’analyse significative et applicable par les écritures comptables. Toutefois, chaque journal comptable est réalisé en fonction de son utilité.

Quel journal utilisé en comptabilité de trésorerie ?

Journal de comptabilité

La comptabilité de trésorerie est définie par un enregistrement comptable des flux de trésorerie. En effet, il est question d’encaissement et de décaissement, déterminé par un processus très simple. Elle est constituée de deux types de journaux :

Le journal d’opérations diverses correspond à l’utilisation comptable des professionnels libéraux ou plus exactement aux entreprises qui n’ont pas eu recours à un compte bancaire.

Le journal de trésorerie ou un journal par compte bancaire.

À l’évidence, en comptabilité de trésorerie, l’écriture comptable est définie par un cahier de recettes et de dépenses représentées dans un logiciel comptable qui à son tour est constitué des journaux de trésorerie, banque et caisse. De ce fait, chaque opération est déterminée en fonction de son utilisation. Par exemple un compte entreprise individuelle à un compte 108 ou un compte société à un compte 455 ou encore un compte bancaire à un compte 512.

Les journaux adaptés à la comptabilité d’engagement

En comptabilité d’engagement, il s’agit d’un processus de comptabilisation par laquelle le flux ou l’acheminement des encaissements et des décaissements ne sont enregistrés que quand ces derniers sont engagés ou établis.

Par rapport à cela, à l’opposé d’une comptabilité de trésorerie, une comptabilité d’engagement est constituée de journaux auxiliaires, des écritures comptables du même genre utilisé et dupliquées à plusieurs opérations différentes.

Bureau d'affaires

Ainsi, elle est portée sur l’enregistrement de chaque mouvement financier avec la comptabilisation à la date d’effet. Il s’agit dans ce cas d’enregistrer toutes les pièces justificatives dans les journaux d’achats et de ventes.

Une comptabilité d’engagement peut également avoir recours à un journal d’opérations diverses lors de la comptabilisation des virements internes, les salaires mensuels, les déclarations de TVA, les paiements par les dirigeants ou encore les opérations d’inventaire et de logistique.

Les caractéristiques des journaux de trésorerie et les autres journaux comptables

Les journaux de trésorerie rassemblent des écritures comptables rattachées aux opérations bancaires et mouvements de caisse. En effet, le processus sert à déterminer chaque journal à chaque banque, de même pour les mouvements de caisse. Certes, cette procédure a été mise en vigueur pour gagner de temps et éviter toutes sortes de confusion à plusieurs opérations.

En outre, il est à noter que certains nombres de logiciels comptables avancent divers journaux spéciaux :

  • Le journal de situation vise à déterminer et sauvegarder l’historique des situations financières et comptables à chaque période et échéance.
  • Le journal de chevauchement correspond à la correction automatique des écritures à la comptabilisation suivante.

Nos astuces pour booster sa retraite ?

personnes âgées

Il est essentiel de bien élaborer son plan de retraite. Mais il demeure encore plus important de cerner cette initiative. Bénéficiera-t-on d’une pension ? Comment préparer sa retraite ? Telles sont les questions qui nous préoccupent tous. Pour en répondre, voici quelques astuces pour dynamiser sa retraite.

Un maximum de revenus pour mieux cotiser

Selon les règles du métier, la pension retraite est définie en fonction des années pendant lesquelles vous avez travaillé, plus exactement en moyenne de 25 ans de salaires. En effet, votre retraite dépendra des versements périodiques qui seront par la suite épargnés jusqu’au terme de la vie active. À ce titre, il est recommandé de contribuer d’une manière permanente pour pouvoir doper sa retraite.

revenu en euro

Toutefois, il faudra contourner les activités secondaires et supplétives du travail informel ou encore qualifié de travail noir. Pour ces derniers, l’adhésion à la caisse retraite est inapplicable. Alors, demandez à être déclaré dans les règles salariales pour jouir des pensions retraites.

En cas d’allégement ou de discontinuité de vos activités, assurez au moins votre épargne sur quatre trimestres de l’année et évaluez la caisse d’allocation familiale pour l’assurance retraite.

Zoom sur les circonstances à pourvoir

Comme citer précédemment, travailler sans être déclaré peut mener à la non-allocation. Ainsi, pour y remédier, même en étant en couple avec un travailleur indépendant, exigez le statut de conjoint collaborateur. Cette procédure n’est souvent mise en question qu’en dernier recours. Pour faire court, il s’agit d’avoir une rémunération dans les règles à valeur du travail entrepris.

D’autres situations sont également à ne pas négliger. Tel est le cas d’une cessation d’activité pour aller rejoindre son conjoint hors du pays. Dans cette hypothèse, il est conseillé de s’affilier à la Caisse des Français à l’Étranger ou la CFE afin de maintenir les privilèges de retraite. Pour le cas d’une union libre, la réversion est impossible ; pareil pour le cas d’un remariage.

Précaution à la préparation de la retraite

tirelires

Par rapport à toutes les circonstances, il faut se préoccuper de sa retraite le plus tôt possible. Dès votre entrée à la vie active, tâchez de vous accoutumer dans l’épargne retraite et penser à votre avenir. Cette situation vous aidera dans l’accroissement de votre allocation de retraite et de bénéficier du plus ample confort à la pension.

À titre d’exemple, une épargne de 50 euros mensuels rapporte sur quarante ans d’activité, un montant de 37 000 euros avec un taux d’intérêt de 2 %. Le choix de l’épargne se fera en fonction des processus de votre situation soit :

  • Plan d’épargne entreprise ou PEE ;
  • Plan d’épargne pour la retraite collective ou PER.

Cependant, pour avoir une garantie de la continuité du processus d’épargne et d’allocation à la retraite, il est très vital d’être prudent et surveiller ses relevés d’activité professionnelle. Aussi, faites appel à la régularisation de toute anomalie et changement de situation près de votre office concerné. Il pourrait s’agir d’un emploi à l’étranger, des trimestres pour enfants ou encore d’un travail d’été.

Comment gérer ses finances personnelles ?

Portefeuille personnelle

Avoir un revenu régulier est un des facteurs primordiaux de notre vie. Mais savoir le gérer selon nos besoins n’est pas toujours chose évidente. Pour avoir un certain équilibre de la balance financière de notre budget personnel, il faut avoir recours à différentes méthodes et stratégies de gérance.

À chaque fin du mois, bien qu’à l’encaissement de salaire, chacun se trouve face à différentes dépenses restreintes telles que le loyer et les différentes factures à payer. Mais comment gérer son budget personnel pour pouvoir répondre à tous ses besoins ?

Le budget : c’est quoi au juste ?

N’importe quel budget est constitué de deux rubriques financières :

  • L’encaissement de revenu ou la recette

Cette rubrique correspond à la rémunération de travail effectué comme le salaire mensuel ou les pensions de retraite. Il inclut également les aides sociales et les autres apports financiers tels les revenus d’investissements dans le cadre des loyers, dividendes et intérêts.

  • Le décaissement pour les dépenses

Aussi qualifiés de charges, cette rubrique correspond à toutes sortes de frais déboursés. C’est le point le plus tracassant sur le plan budgétaire et qui mène à la mauvaise gérance. Ici, il s’agit de décaissement et de dépense restreinte telle que les factures, le loyer, les emprunts ou encore les frais de transport.

pièce de monnaie

Dans la plupart des cas, on observe un reste entre les dépenses et les revenus qu’on peut appeler le « reste à vivre ». Il peut être soit positif soit négatif. Ainsi, le souci est de savoir comment ne pas arriver dans le sens négatif de la différence. Pour information, si le revenu ne peut couvrir les charges, il conviendrait de réduire ces dernières. Dans la mesure du possible, évitez les crédits à la consommation par considération des intérêts très importants qui feront encore plus de charges à la mensualité.

Comment bien diriger ses finances ?

Un budget ne peut se défaire de différentes sortes de dépenses. Chaque rubrique est caractérisée par divers éléments de processus en fonction des circonstances. Cela dit, sur le plan des dépenses, on caractérise de grands points à ne pas négliger avec un taux de répartition pour la bonne gérance :

  • Les contraintes de charges ou les dépenses fixes soulèvent près de la moitié du budget. Il s’agit des dépenses qu’on ne peut tolérer tel que les emprunts, les factures d’électricité, de gaz et autres ou le loyer et les mutuelles.
  • Les charges variables qui représentent les dépenses relatives à l’hygiène de vie (santé, nourritures et vêtements) doivent valoir moins de 30 % du budget.
  • Les loisirs et épargnes sont des points les plus faciles à gérer en fonction des circonstances et besoins. Ici, il est question de minimiser l’un pour avantager l’autre. Dans tous les cas, ça dépendra de vos contraintes.

Chacun sera de ce fait en mesure de devancer ses charges et dépenses avec une garantie et une assurance d’épargne. Il sera possible d’exclure une différence négative de son budget mensuel tout en anticipant les dépenses imprévisibles.